Monday, January 13, 2014

Notre expérience d’enfance du Centre Brésillac


Le centre est pour nous comme une deuxième maison. Il a été des notre naissance la première place que nous avions connu et ou nous avons commence les premiers pas. E n effet cela a été possible grâce a notre père qui  était le premier employé dès la création de ce centre et cela lui a permis d’être loge dans l’une des habitations du centre ; elle est située dans la propriété du centre juste a l’entrée. Il a été celui qui assure l’entretien du centre avec dévotion comme si c’était son bien personnel. Plusieurs fois nous l’accompagnions dans la journée au travail ou nous profitions de l’espace pour nous amuser ; connaitre les angles de la maison, les séminaristes et  certains prêtres qui ont marque positivement notre enfance. Parmi  les souvenirs d’enfance il faut retenir que c’est au centre que pour la première fois nous avions connu la télévision. Avec  la communauté ( prêtres et séminaristes), enfants que nous étions , les soirées récréatives étaient des moments inoubliables parce qu’on  suivait la television , regardant les films, faisant des salades de fruits, des soirées dansante, des guirlandes  des amuses gueules en nous disant que les prêtres étaient nos papas et les séminaristes nos grand frères.

Sans bien connaitre la vocation ou le but du centre, au fur et a mesure que nous grandissions, nous avions commence a avoir une autre vision. Ce centre dans lequel  nous avions joue et nous nous sommes amuses n’était plus pareil car tout a change nous avions grandi, et nous avons muri avec plus de compréhension. Tout ce qui était flou était devenu clair et ce pourquoi le centre n’accueillait que des jeunes hommes venant de plusieurs pays africains tout comme européens. Ce qui nous amusait le plus était lorsque nous accompagnions notre mère prendre de l’eau avec des petites bassines, on menait des discussions avec les séminaristes et nous constations que certains africains comme européens avaient du mal a s’exprimer en français. Nous ne pouvons oublier a ce point l’aventure autour de la diversité des arbres fruitiers qui a cette époque faisait de nous des  « maraudeurs ». Nous avions alors compris que le centre est une maison de formation spirituelle, ce qui expliquait le comportement sec et silencieux de certains séminaristes.


En regardant les années écoulées, nous constations que nous avions eu un énorme privilège a vivre entoure des prêtres qui nous ont beaucoup aide et qui continu de nous aider jusqu’a ce jour. Ce qui nous forme a un caractère plus discipline .Aussi, la rencontre de certains pères avec  qui nous pouvons parler avec sureté et en toute confiance nous donne de la joie au cœur. Suite a tous ce que nous bénéficions du centre, on se demande si désormais pendant les vacances, les pères peuvent porter une attention particulière aux jeunes, qui sont confrontes a plusieurs défis  et qui aimeraient avoir une oreille d’écoute. En dehors de l’ouverture du centre les samedis aux jeunes garçons pour faire le sport et plus précisément le foot, ne pourrait il pas avoir une formation spirituelle et humaine pour les jeunes ?(filles et garçons) Les jeunes cherchent une place ou ils peuvent se sentir en sécurité ; par l’expérience des séminaristes venant de plusieurs pays et de par leur vision , ne peuvent ils pas aider les jeunes a grandir et s’ouvrir plus sur le monde. Notre expérience nous montre que cela peut être possible.        

Sunday, January 12, 2014

CHRISTMAS AT THE ATELIERS ST. JOSEPH / NOEL AUX ATELIERS SAINT JOSEPH


This year Pre-Christmas Celebration took us to St.  Joseph Workshop, a non-lucrative centre of formation for children in difficult situation. This centre is founded by Rev.  Fr.  Claude, SMA. We were warmly welcomed by Mr.  Daye Kwame Frederick, the Project Manager who gave a brief insight of the centre. Our presence was not only to deepen the relationship that exists between St. Joseph Workshop and Centre Bresillac but to interact with them.
There was mass presided by Rev.  Fr.  Bruno Miyigbena, SMA Regional Superior of Benin/Niger. In a homily by Rev.  Fr.  Herve Abou Yepie, SMA, he said our gathering at St. Joseph was to express our gratitude to God. He also reminded all present that, as Christmas is near we should endeavor to manifest the joy and never forget that GOD is always with us.
Fete/feasr
After the Mass, we were taken round to know more about the centre. It was also an opportunity to ask questions about the centre. Food and drinks were shared together as part of the celebration.  Christmas chorals were sung and it was a joyous moment to see the whole community singing and dancing together.
Fr.  Claude, SMA together with a member of staff lauded the fraternal love that existed between the two communities. They appreciated our presence and time we spent with them.
Indeed, we spent good time with them which really rekindle our commitment to the most abandoned within our own vicinity. We thank the entire community of St. Joseph for welcoming us. It is our prayer that the joy of this festive season will always crown their efforts with success.
Participants at the celebration / Participants a la celebration
Cette journée du 18 Décembre 2013 est une journée particulière que nous avons passée aux ateliers St Joseph.
Les ateliers St Joseph sont une maison qui accueille les enfants de la rue et ceux qui sont en difficulté dans leur maison. Elle essaie de leur procurer un environnement familial dans lequel ils apprennent un métier. Elle est fondée parle P. Claude, SMA et dirigée par Daye Kwame Frederick.
PP. Bruno Miyigbena, Ysmael, Claude et Herve
C’est là que nous avons partagé l’eucharistie et le déjeuner avec nos amis du centre en anticipation de la fête de Noël. La messe qui a été célébrée par le P. Bruno Miyigbena (supérieur régional SMA Bénin-Niger) a été précédée et suivie par le mot de bienvenu, la présentation et notre visite des ateliers du centre.

Après le déjeuner, nous avons passé un temps en action de grâce au Seigneur à travers des chants. Nous avons ensuite entendu des mots d’encouragement de la part des pères Claude et Bruno aux égards des enfants du centre et aux nôtres., 
Ces instants que nous avons passés avec eux nous ont permis de découvrir ce que l’expression ‘les plus abandonnés’ de notre fondateur veut dire dans le monde contemporain. C’est aussi pour nous un avant-goût de ce que nous voulons nous engager à faire et c’est sans doute si notre supérieur général y a trouvé la présence du Royaume de Dieu après sa visite de ces ateliers.