Friday, December 5, 2014

ANNÉE SPIRITUELLE 2014-2015

Le 28 septembre  2014 a été la date officielle de l’ouverture de l’année spirituelle, promotion 2014-2015. La majorité des étudiants étaient là ce jour, et d’autres pour des raisons de visa étaient en retards. Cependant, le regroupement a été complet à partir du 1er octobre.
Cette année, la promotion 2014-2015 a comme équipe formatrice le Père Basil SOYOYE (Nigéria) ; le Père Hervé YEPIE (Côte d’Ivoire) ; le Père Raja (Inde) et le Père Paul CHATAIGNE (France). Venus des quatre coins du monde, nous faisons un nombre de 32 étudiants retenus pour faire cette expérience missionnaire et spirituelle avec le Christ.

 De ces 32 étudiants de 12 nationalités différentes, nous avons 1 du Bénin, du Burkina Faso et de la Tanzanie ; 2 de la Centrafrique, de la Côte d’Ivoire, du Libéria et du Congo ; 3 Nigéria et de la Zambie ; 4 du Ghana ; 5 de l’Inde et 6 du Togo.
L’éducation à l’ouverture aux autres cultures et aux autres peuples est une caractéristique particulière de l’année spirituelle internationale. Ainsi, dès le début de l’année nous avons eu un programme d’orientation qui a mis l’accent sur la charte de formation, le projet de vie, la communication et l’interculturalité. La joie de nous retrouver unis malgré nos diversités dans la SMA afin de partager nos savoir-faire et surtout de grandir ensemble dans la prière et le travail, de mieux connaitre l’histoire de la SMA pour mieux s’y engager restent les grandes priorités de ce moment de vie en fraternité. C’est aussi dans ce même cadre d’idée que lors de la réunion des pères régionaux SMA, tenue ici à l’ASI, nous avons été informés du mode de fonctionnement de la mission en Afrique, des joies et des peines rencontrées ; tout ceci partagé par certains régionaux aux étudiants. Ces différentes rencontres nous ont permis d’avoir une idée sur la mission qui nous attend et la réalité à laquelle on fera face.


A l’ASI, le programme est partagé  entre la prière et le travail et les études. Entre le temps à l’étude d’une  seconde langue : le français pour les anglophones et l’anglais pour les francophones et le sport a été établit. Aussi, la souplesse du programme permet le développement des aptitudes des talents des étudiants qui ont une sortie tous les dimanches après le repas du midi. La croissance spirituelle et humaine de chaque étudiant est assurée par un directeur spirituel faisant partie de l’équipe formatrice et du choix de l’étudiant.   

Par NICABOU Alexis Aimé 

Tuesday, October 21, 2014

Bienvenue-Welcome

Année Spirituelle Internationale (ASI) S.M.A  Calavi

International Spiritual Year (ISY), S.M.A. Calavi








Bienvenue /Welcome
« …l'avenir d'un institut….dépend en tout premier lieu de la vigueur de la vie spirituelle de ses membres. »

"...the future of an institute… depends first and foremost on the vigour of the spiritual life of its members"


Mgr. Jean BONFILS, sma

Impression du Père Paul Chataigné, SMA

La communauté forme maintenant une Internationale à la Prévert avec les 4 formateurs (un Nigerian, un Indien, un Ivoirien et un Français) et 32 étudiants : 6 Togolais, 5 Indiens, 4 Ghanéens, 3 Nigérians, 3 Zambiens, 2 Centrafricains, 2 Congolais (RDC), 2 Ivoiriens, 2 Libériens, 1 Béninois, 1 Burkinabé, 1 Tanzanien. Leur moyenne d’âge doit tourner autour de 22-23 ans. Ils ont tous déjà vécu au moins deux ans en communauté SMA dans leur pays d’origine. Mais cette année sera sans doute la plus internationale de leur vie. Et ils auront ainsi une expérience inoubliable de la Société dans laquelle ils veulent vivre.

J’aime beaucoup cette ambiance incroyable où des personnes aussi différentes qui ne se connaissaient pas hier se retrouvent fraternellement parce qu’ils veulent se préparer à une mission qui durera pour la vie sans savoir où on les enverra. C’est sûrement un des signes les plus forts de ce que le message de Jésus peut réaliser.

Il y a deux semaines, chacun avait présenté sa famille et sa vocation sma. Pour expliquer leur désir de devenir missionnaire sma, trois mots sont souvent revenus dans la bouche des jeunes. Ils ont rencontré des missionnaires qui étaient simples. Et quand ils ont parlé de la formation qu’ils ont déjà reçue, ils disent qu’ils se sentaient libres et responsables. Chapeau pour nos prédécesseurs ! Nous n’avons plus qu’à continuer sur ces bases : former des missionnaires simples, libres et responsables.